les algues aident les biocarburants

les biocarburants ont de l’aide. Certaines entreprises commencent a développer les biocarburants a base d’algues . Avantages les besoins de place disparaissent car les algues se reproduisent toutes seules de plus les algues n’ont besoin d’aucune aides pour se reproduire ( pas de pesticides,…) .
De plus les municipalités côtières ne savent pas que faire des algues qui arrivent par tonnes sur leurs plages et sont souvent obligés de les faire bruler par incinérateur.
De nouvelles entreprises se proposent d’étudier la transformation des algues pour le biocarburant, enlevant du même cout le problème rouler ou manger.
Peut etre une solution qui pour l’instant contentera tout le monde

4 réactions sur “les algues aident les biocarburants

  1. Cela fait pas mal de temps que le procédé est connu, or sa capacité de production serait trop faible. Néanmoins, en ces temps où l’environnement est sur le devant de la scène, les investisseurs se décident à agir.

  2. La pollution des algues sur les plages est dangereuse pour l’homme (un cas de décès supposé). De plus elle prolifère de trop en Bretagne à cause de l’excès de lisier largué par les rivières abus des producteurs de porcs et autres).

    J’ai proposé sur mon site (http://safeearthsolutions.wordpress.com ) une solution plus élégante traitant plusieurs problèmes GRAVES à la fois :

    – de fabriquer des navires et super-tanker à double coques, incorporant en celle-ci une tuyauterie serpentin faisant DIGESTEUR de lisier (celui en excès à l’intérieur, et, approvisionné de la côte sur pontons en piles-lines) ce qui donnera l’avantage de élimination des pollutions maritimes par dégazage de fuel lourd (préoccupant en mer fermées 150 000 tonnes en notre « Grande Bleue » plus très bleue…) ;

    – ce lisier (payé par les éleveurs pour s’en débarrasser) produira du méthane qui sera liquéfié et stocké dans ces navires comme combustible, ceux-ci à moteurs électriques et turbines à bio-gaz ;

    – le lisier sera largué dans les océans, en leur centre, pour servir d’aliment au phytoplancton (qui se délecte déjà des crottes de baleine), ce qui augmentera la filière piscicole et réduira grandement les quotas ou la création de piscicultures polluantes localement ;

    – en retour de la gratuité de combustible (ou de leur rétribution à terre), ces bateaux BIO (à combustible méthane provenant du lisier) devront s’équiper de filet et ramener à terre tous les plastiques qui traînent au centre des océans. Ceux-ci seront traités par des usines à terre situé à proximité des pontons pipe-line de lisiers (déchets plastiques repris sur transporteurs capotés vers les usines de récupération, de retraitement ou d’incinération).

    Il y a là trois bénéfices en UN !

    Inventeur : Jacques Tesseire

    NB : En mer Méditerranée, où il y a un manque réel de traitement des EAUX USÉES (de 60%…, avec accroissement excessif d’urbanisme…), la reprises de celles-ci en bateaux avec digesteurs à méthane permettra de résorber la pollution aggravée de cette mer. Le tout sera rejeté au centre des océans, grâce à un détour par ceux-ci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s