un réacteur nucléaire sous-marin flexblue

La DCNS, le CEAEA , Areva et EDF réacteur flexbluese sont regroupés pour développer leur réacteur Flexblue ( tube de 100 mètre de long et      de 10 de mètre de diamètre ).
Ces réacteurs plus petits et moins coûteux pourraient susciter un engouement pour les pays possédant des littoraux et qui n’ont pas les moyens d’acheter des centrales nucléaire.
Après deux ans de recherche, le développement de ces systèmes Flexblue seront moins puissant que les centrales mais pourront produire tout de même 50 à 250 MW.

source: DCNS

Une réaction sur “un réacteur nucléaire sous-marin flexblue

  1. J’ai imaginé des centrales nucléaires flottantes équivalentes sur barge circulaire (en béton cellulaire à câbles précontraints en fibres de carbone) munie de brise-lames en périphérie et qui soit retenue face à la traction des câbles électriques tirant vers la côte par des hydroliennes, utilisées également afin de les stabiliser contre les courant marins.

    Cette double production permettrait de mieux amortir les crêtes de consommation. La fourniture de courant se ferait rayonnante, sans horrible caténaire, par câbles sous-marins vers les villes côtières

    D’autre part, en cas de pépin (peu probable car le réacteur à l’abri des séismes et tsunamis si placé au large) le fond du réacteur, détachable et déplaçable, pourrait être largué dans les abysses en zone de subdiction pour qu’ils fasse fondre le manteau terrestre et y disparaisse.
    Jacques Tesseire

    http://safeearthsolutions.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s